克里斯蒂安.盖拉德(Christian Gaillard) page2

L’interdiction

« Il y a trop de malentendus à propos de la tauromachie dans la culture populaire qui ignore et se moque de l’histoire et de la tradition »

A la fin de notre discussion qui a duré 4 heures, Christian Gaillard a ajouté qu’il faudrait encore au moins 3 fois plus de rendez-vous et de temps ensemble pour qu’il me raconte toute l’histoire de la tauromachie.

La tauromachie a laissé des traces tout au long de l’histoire du monde entier. Elle avait sa place pendant longtemps dans les manifestations religieuses et les cérémonies aristocratiques et elle prospérait en Espagne. Dans les fresques des grottes néolithiques d'Altamira, on trouve des traces du combat de taureau ; ça peut nous rappeler les empereurs romains qui adoraient les luttes des hommes contre des bêtes féroces.  Au moyen âge, les chevaliers luttaient contre les taureaux à cheval. Même en Chine, on en retrouve des traces dans les provinces du sud-ouest et sud-est chez les minorités Miao et Dong. La différence c’est qu’ils font combattre entre eux les taureaux à la différence des corridas à l’espagnole que Christian Gaillard admire.

La tauromachie s’est depuis longtemps profondément enracinée dans la culture espagnole.  C’étaient les nobles espagnols qui jouissaient du privilège de pratiquer ce” sport” et de montrer leur agilité et courage avant le 18ème siècle. En 1784, la première arène permanente a été édifiée et ouverte aux plébéiens. A dater de cette époque, la corrida est progressivement devenue un sport populaire.

A l’opposé, les associations de protection des animaux organisent constamment des manifestations contre la corrida en affirmant que « le taureau a le droit de ne pas souffrir. »

A partir du 1er janvier 2012 l'interdiction de la corrida est devenue effective sur tout le territoire catalan. Avant cette date, le 25 septembre 2011 la dernière corrida a eu lieu aux arènes de Barcelone. A la fin du spectacle, tout le monde, les toreros comme les spectateurs criaient « La liberté » avec les larmes aux yeux. Pour eux, la corrida, c’est la vie. Au jour d’aujourd’hui, l’arène qui a témoigné de nombreux hauts et bas durant des siècles, est vide. Pourtant les combats pour la gloire de la tauromachie continuent, les corridas continuent à se pratiquer.

A ce propos et en fin de compte, derrière cette histoire de corrida catalane ou non, l’enjeu est beaucoup plus important. Le Parlement catalan en se précipitant pour voter l’interdiction œuvrait en fait pour l’indépendance catalane en rejetant la culture espagnole.

Christian Gaillard, qui a été contesté pour ses tableaux de matadors n’appuie pas cette interdiction ni le mouvement anti-corrida au nom de la protection des animaux. « Ils n’ont jamais mis les pieds dans une arène » dit-il, « ils ne voient que l’apparence de la corrida en négligeant son cœur la culture et l’esprit espagnols ».

« Ce que je persiste à représenter, c’est ce qu’on néglige derrière la corrida, ce qu’on n’arrive pas à voir avec les yeux. » soupire-t-il en frottant une photo de son enfance en tenue de torero. « C’est l’ampleur du moment crucial au moment de mourir, les haleines partagées entre hommes et taureaux. »

(原文如下):

 

禁令

 

“外界对斗牛的误解太多了,现在的流行文化,对于历史和传统一片无知和无所谓。

 

  那天我们谈了四个多小时,但如果真正要讲述斗牛的历史,盖拉德说我们至少还得再约三次。

 

    斗牛在全世界的历史中都留有痕迹,这一传统一直流行在宗教祭献与贵族庆典中,在西班牙的历史上尤其繁荣。新石器时代的阿尔达米拉岩洞中就记录着人牛搏斗的情景,斗牛的历史也与喜爱动物搏斗的罗马大帝联系到一起;中世纪时期,骑士往往在战马上同公牛搏斗,如今在如中国云贵地区的苗族和侗族,以及浙江金华也还保留着在节庆时斗牛的传统,不过是牛斗牛,人只负责喝彩,与盖拉德崇拜的西班牙斗牛大不一样。

 

    在西班牙,斗牛根植于民族文化中。18世纪以前,斗牛一直是西班牙贵族显示勇猛剽悍的专利项目。直到] 743年,马德里建了第一个永久性的斗牛场,斗牛活动才逐漸成为一项全民皆可参与的仪式。

 

    另一方面,动物保护组织也持续地在西班牙各地上演各种反斗牛示威,禁止虐待动物团体的主席宣称“牛有免于被虐待的权利。

 

    2012年初,西班牙加泰罗尼亚地区全面禁止斗牛活动。2001年9月 25日,巴塞罗那辉煌的竞技场举行了这个地区的最后一场斗牛,表演结束后,斗牛士和民众都泪流满面,高呼“自由”。对于他们来说,斗牛就是生命。如今,这个热闹了几个世纪的竞技场已空空如也。在西班牙其他地区和法国南部,斗牛仍在继续,斗争仍在继续。

 

    说起来,加泰罗尼亚地区急于全面禁止斗牛的背后另有原因:这是该地区在通过否定西班牙文化来抬高本地区文化,从而实现进一步自治乃至独立的政治目的。

 

    盖拉德不同意这样的以保护动物为名的说法,更不同意禁止斗牛运动。他自己也囚为专情于斗牛士的题材而遭到动物保护人士的反对。他说那是因为他们根本就不懂斗牛:“许多抗议人士甚至从来没有看过斗牛。”

 

“你知道怎样成为一个斗牛士吗?你知道怎样养育一头公牛吗?你知道他们的衣服的特征和斗牛前后所进行传统仪式吗?"他一连问了几个问题,我哑口无言,“我们的社会很残酷。他们看起来是想保护动物,其实他们只看到斗牛中最浅的一面,斗牛深厚的文化内核,甚至是西班牙民族的精神都被忽略了。

 

    盖拉德叹了口气,用手摸着他小时候拍下的斗牛照片.“而我想要画的,一直以来坚持的,就是这些人忽略的东西。是斗牛背后的,浅薄的双眼未能企及的,那些命在旦夕时刻之沉重,生死间浮光之闪耀,牛与人的共同呼吸。”